Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de potager en lasagne. Pourquoi aborder un tel sujet en tant que home organiser ? Tout simplement parce que dans mes précédentes capsules je vous ai parlé de :

Avant d’être home organiser j’installais des potagers chez les particuliers.

Réaliser un potager est relaxant et gratifiant. J’adore faire pousser les légumes en ensuite les consommer.

L’avantage du potager en lasagne c’est qu’il vous permet de valoriser les déchets. Le fait de REUTILISER fait vraiment partie de ma philosophie de vie.

Pour toutes ces raisons j’ai envie de vous donner quelques conseils pratiques.

Un potager en lasagne est pour moi la manière la plus facile et la plus rapide pour réaliser un potager : pas besoin de retourner la terre et se casser le dos. Il vous suffit de superposer des couches de matière organiques l’une sur l’autre. Ensuite un processus de compostage va se réaliser. Cette technique de jardinage a été inventée dans les années 1990 par l’Américaine Patricia Lanza sous le nom de lasagna gardening ou lasagna bed.

Comment ça fonctionne ?

Comme pour faire une lasagne en cuisine, on va poser l’une au-dessus de l’autre des couches de matière verte (azote) et brunes (carbone). Pour créer les différentes couches, on utilise d’abord des matériaux grossiers, puis d’autres de plus en plus fins et l’on termine par une épaisse couche de terreau dans laquelle on va pouvoir faire ses plantations.

Choisir un endroit bien ensoleillé. L’idéal étant 6 à 8 heures d’ensoleillement direct par jour.

  1. poser les cartons bien à plat sur l’emplacement, en débordant largement, les chevaucher pour ne laisser aucun trous (permet la nidification des vers de terre, lent à se décomposer, excellente barrière pour les mauvaises herbes. Enlever les papiers collants et les agrafes)
  2. commencer par les matériaux bruns les plus grossiers : rondins, broyat de branches (BRF), paille, feuilles mortes, sciure ou copeaux de bois… le tout bien humidifié (environ 8cm)
  3. ajouter les matières vertes : tonte de gazon, herbes arrachées, déchets de cuisine, mauvaises herbes, taille de haie, fleurs fanées … (Environ 5cm)
  4. ajouter les matières brunes les plus fins : feuilles, paille … et des matières vertes plus fines
  5. couvrir complètement avec du compost bien mûr (terreau), y compris les côtés (environ 8cm)
  6. Terminer par de la paille qui va garder l’humidité et étouffer les adventices et arroser en pluie fine

Quels sont les avantages de cette technique ?

  • Ultra facile, peu d’efforts physiques
  • Récupération de matières organique

Quels sont les challenges de cette technique ? En fonction de la saison certaines matières seront plus difficiles à trouver :

  • En été plus difficile de trouver de la matière brune, on peut aller en forêt pour chercher des feuilles. Il y aura du mycélium sur les feuilles, ce qui est riche pour le processus de compostage. Si on n’a pas assez de tonte on peut toujours demander aux voisins ou récupérer des sacs poubelle de déchets verts.
  • En hiver : plus difficile de trouver de la matière verte. Possible de récupérer du compost en décomposition

Pour le carton utilisé comme couche de fond, à toutes les saisons c’est possible d’en trouver dans la rue lors du passage des camions de recyclage ou devant les magasins.

Ce que j’aime beaucoup avec cette approche c’est qu’on récupère des déchets (moins à faire brûler dans les incinérateurs) pour y faire pousser des légumes. C’est un bel exemple d’UPCYCLING.

Figurez-vous qu’on peut même utiliser cette technique sur les trottoirs. Je l’ai vu à San Fransisco il y a plus de 10 ans, impressionnant !

Quels légumes peut-on planter ?

Les premières années, tant que le sol n’est pas encore assez meuble, on ne va pas y mettre des légumes racines. L’idéal est de faire des semis qu’on va repiquer dès qu’ils ont atteint quelques cm.

En mars : ail, artichauds, échalotes …

En avril : tous les choux, salades, épinards …

Mi-mai, après les Saints de glace : aubergines, concombres, courgettes, haricots, poivrons, tomates

N’hésitez pas à ajouter des fleurs tels que les œillets d’Inde, bourrache, capucine pour attirer les insectes auxiliaires indispensables pour votre potager.

Quelles graines ?

Pépinière bio :

Ecoflora : https://www.ecoflora.be/

En fin de saison vous pouvez arracher les restes de culture et les poser sur le potager pour continuer à nourrir le sol.

A la saison suivante, si c’est nécessaire, vous pouvez ajouter du terreau, du compost, de la paille … C’est toujours utile de passer avec sa grelinette ou « bio-bèche » pour aérer la terre

Réaliser un potager c’est …

BON POUR VOUS, VOTRE PORTEFEUILLE ET POUR LA PLANETE

Si cette vidéo vous a plu n’hésitez pas à la partager ! Merciiiiiiiiii

Pour me contacter :

https://sylvinesmulders.com – info@sylvinesmulders.com – +32 (0)473/97.57.00

Références :

Graines :

Semailles : https://www.semaille.com/

Kokopelli : https://kokopelli-semences.fr/fr/

Ecoflora : https://www.ecoflora.be/

Vidéos :

 « Minimalisme et simplicité volontaire » Sylvine Smulders, avril 2020

https://www.youtube.com/watch?v=uRG5ttNkbLE&t=33s

« Slowliving » Sylvine Smulders, juin 2020

https://www.youtube.com/watch?v=Ykel_yhXJZI&t=127s

« Super culture en lasagne » Permaculture, agroécologie etc …

https://www.youtube.com/watch?v=b6ZphUp_GYk

Inscrivez-vous à ma mailinglist et restez informé(e) des mes activités.

Pin It on Pinterest

Share This